Rencontre des opposants à Harmony of the Sky

Communiqué


Notre équipe de campagne a rencontré le 12 décembre au soir deux représentants de l’association Avenir Plaine des sports, regroupant des opposants au projet d’immeubles géants Harmony of the Sky. Cet échange nous a permis de rappeler la position du Rassemblement national (RN) concernant ce complexe immobilier. Lors du dernier conseil municipal, le 22 novembre, le RN seul a fait savoir que, s’il gagnait la Mairie, il ne donnerait pas suite au projet.

Or — et comme l’a rappelé à juste titre Avenir Plaine des sports lors de notre entretien — il sera effectivement possible, si la volonté politique est présente, de ne pas construire ces immeubles. En effet, le permis de construire n’est même pas encore déposé. Les 1 500 signatures de la pétition s’opposant au projet devraient précisément inciter à la prudence.

Pas plus à Saint-Nazaire qu’ailleurs, la ville du XXIe siècle ne pourra se conçevoir dans la seule verticalité ou dans une continuelle densification. La Plaine des sports doit pouvoir demeurer l’espace d’épanouissement et de loisir qu’il est depuis des décennies. Et les conseils citoyens de quartiers doivent pouvoir être systématiquement consultés sur toute construction de grand immeuble (supérieur à R+4).

Décès de Maurice Courret, adhérent du RN

Communication


Nous avons appris avec tristesse le décès, ces derniers jours, de Maurice Courret, adhérent du Rassemblement national (RN) de Saint-Nazaire. Âgé de 82 ans, monsieur Courret était né à Alger, et résidait dans le quartier de la Vecquerie. Esprit éclectique et éveillé, il avait gardé de son passé professionnel un intérêt marqué pour les questions de défense et était très « connecté », se passionnant pour les jeux de simulation d’aviation et commentant les actualités du RN nazairien sur les réseaux sociaux.

La santé de monsieur Courret l’empêchait de militer activement pour nos idées, ce qu’il regrettait. Ainsi, estimait-il ne pas pouvoir être présent sur notre prochaine liste municipale, invoquant le fait que pour s’engager dans une cause, il lui fallait le faire pleinement. À son épouse et à son fils, le RN de Saint-Nazaire présente ses plus sincères condoléances.

Sur la Fabrique des politiques sociales

Communiqué


Le maire de Saint-Nazaire organisait avant-hier soir au Salon République le deuxième Forum social annuel, issu de la Fabrique des politiques sociales. Comme par le passé, cette « Fabrique » s’illustre par sa propension à parler d’abord de l’accueil, l’intégration et la régularisation des immigrés clandestins. Pour elle, le sort des Nazairiens ne semble pas si important…

Le comble est que, durant ce forum, auront été exposés les problèmes — très réels à Saint-Nazaire — de la grande pauvreté, du mal-logement et du vieillissement de la population. Aucun de ces problèmes ne pourra être réglé par l’accueil toujours plus massif d’une immigration par ailleurs de moins en moins assimilable à notre peuple : bien au contraire ! Et il était d’autant plus blessant de mentionner l’accueil de ces populations dès les cinq premières minutes du Forum, avant même d’évoquer nos personnes âgées.

Aussi, peut-on se demander, comme nous le faisions déjà en 2017 lors du lancement de ce dispositif, si la Fabrique des politiques sociales n’est t-elle pas destinée aux clandestins d’abord ? Le Rassemblement national (RN) est fermement opposé à ce qu’à Saint-Nazaire comme ailleurs, les politiques sociales défavorisent les nôtres au profit des autres. Nous rappelons à ce titre notre attachement à ce que l’accès à l’emploi, à la protection sociale et au logement soit préférentiellement réservé aux Français, dans le cadre d’une politique de priorité nationale.

Pas de ZAD d’extrême gauche à Saint-Nazaire !

Communiqué


Un squat d’extrême gauche s’est installé ce jeudi au 37 avenue de Mun, dans le centre-ville de Saint-Nazaire. En effet, des militants antifascistes ont pris possession des locaux inoccupés de l’ancien restaurant asiatique Baie Ha Long. Ce sont ces mêmes personnes qui, le lundi précédent, avaient attaqué notre réunion publique du Petit caporal, obligeant la Gendarmerie et la Police à protéger nos militants.

Allons-nous laisser des groupes ultra-violents installer l’équivalent d’une ZAD urbaine en plein cœur de Saint-Nazaire ? Après le précédent de la Maison du peuple, créée en 2018 rue de Maupertuis, à l’initiative de la fraction la plus gauchiste et la moins représentative des Gilets jaunes, l’inquiétude est de mise. D’ores et déjà, les riverains du nouveau squat montrent leur légitime exaspération.

Rappelons par ailleurs que ces locaux appartiennent à la collectivité. Ce faisant, que fait le maire de Saint-Nazaire, plusieurs jours après cette installation sauvage ? C’est ce que lui demandera le RN dans le cadre d’une question préalable, en séance du conseil municipal, le 22 novembre prochain.

Nazairiens, votre sécurité est notre priorité

Tribune pour Saint-Nazaire magazine, octobre 2019


Quoi qu’en pense la gauche, Saint-Nazaire s’insécurise de plus en plus. Des faits divers aussi spectaculaires que des vols à la tire ou des agressions dans les transports publics, rares jusqu’à l’an dernier, deviennent courants L’insécurité prend de nouveaux visages : des tirs d’armes à feu tout d’abord, en juillet, puis un meurtre, en septembre…

Nazairiens, pouvez-vous dire que notre ville est plus sûre aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a cinq ans ? Pour le RN, votre sécurité est une priorité. Nous ne découvrons pas comme le maire qu’il faut augmenter les effectifs de la Police municipale. Nous le proposions déjà il y a un an, et dès avril, nous en porterons le nombre de 10 à 25, en l’armant.

Propositions du RN sur le commerce, l’artisanat

Synthèse de l’atelier de campagne municipale du RN de Saint-Nazaire

(session du 16 octobre 2019)


Télécharger la synthèse (PDF)


Notre constat, avant débat

Loin des affirmations péremptoires de la majorité municipale, la vitalité économique de Saint-Nazaire et de son agglomération est plus qu’incertaine. Les choses vont certes mieux que par le passé, et l’image de la Cité portuaire change. Mais ce « mieux » arrive lentement et par à-coups.

En réalité, des fractions entières du territoire nazairien stagnent, voire s’appauvrissent. Et beaucoup de quartiers d’insécurisent, à commencer par le centre-ville. Dans ces conditions, l’on ne doit pas s’étonner que peu d’entreprises — et d’activités économiques en général — souhaitent s’installer à Saint-Nazaire, au dépit d’autres territoires jugés plus dynamiques, dans la Presqu’île, à Nantes ou ailleurs.

La plus triste illustration de ce manque de vitalité est la vacance commerciale qui affecte Saint-Nazaire, avec des taux systématiquement supérieurs à 10 %. Les difficultés récurrentes de l’industrie nazairienne ne participent par ailleurs pas à une bonne vitalité de notre territoire. Il faut donc changer les choses.

Nos propositions, après débat

  • encourager fiscalement l’installation de commerçants et d’artisans ;
  • diversifier l’offre de restauration, inciter les restaurateurs à ouvrir le dimanche ;
  • en concertation avec l’intercommunalité, limiter l’extension de la zone commerciale du Grand large à Trignac, pour privilégier les centres commerciaux nazairiens et les commerces de centre-ville ;
  • organiser des patrouilles de police municipale au Ruban bleu ;
  • créer une maison de l’emploi pour centraliser et promouvoir les offres d’emploi ;
  • créer un salon de l’artisanat ;
  • aider la zone industrielle (ZI) de Brais ;
  • baisser de 20 % les droits de voirie relativement aux dispositifs publicitaires, notamment à l’attention des buralistes ;
  • baisser de 20 % le barème de cotisation foncière des entreprises (CFE) ;
  • créer un marché de Noël, avec des tarifs de chalets abordables ;
  • rénover les Halles de Penhoët

Sur l’issue du « procès de l’Aïd »

Communiqué


Pour avoir rédigé en 2016 un communiqué de presse imputant malencontreusement à une association musulmane l’organisation d’un sacrifice au gymnase Fogel de Saint-Nazaire, Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal et conseiller régional, était depuis poursuivi en justice par cette même association. Le grief des plaignants était que monsieur Blanchard, en évoquant un sacrifice, ait accusé non des particuliers, mais une religion. Or, la Justice vient de lui donner raison.

En effet, notre élu s’est ému d’une pratique — le sacrifice de l’Aïd el-Kébir — malgré son erreur d’appréciation manifeste sur le lieu du sacrifice. Il n’a pas voulu viser « la communauté musulmane dans son ensemble ou un groupe de personnes à raison de son appartenance à la religion musulmane ». C’est ce que vient de déterminer avant-hier la Cour de cassation dans un arrêt rejetant toute hypothèse de diffamation raciale ou religieuse.

Le Rassemblement national (RN) de la Loire-Atlantique se félicite de cet arrêt de la Cour. Il tranche en effet définitivement un procès vieux de trois ans, enclenché en dépit de la mauvaise foi de l’association plaignante, associée — on ne sait pourquoi, si ce n’est pour des raisons financières — à la Ligue des droits de l’homme et du citoyen, et au Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples. Au reste, le RN demeure dans le vrai concernant sa dénonciation de l’époque de l’abattage rituel musulman en général et de l’Aïd en particulier, estimant que, tant pour des raisons sanitaires, de bien-être animal, et culturelles, cette manière de faire n’est pas la nôtre.