Au conseil municipal de Saint-Nazaire

Communiqué


Télécharger le communiqué (PDF — 214 Ko)

Le nouveau conseil municipal de Saint-Nazaire a été installé hier après-midi. À l’issue du scrutin de dimanche dernier, la majorité sortante a donc été réélue. Une opposition écologiste et communiste lui fait face.

En vue du second tour de l’élection municipale, les deux candidats en lice avaient beaucoup promis sur le monde d’après : changer les méthodes, changer les élus, changer la ville. Mais la séance du conseil municipal d’hier n’a pourtant pas donné la mesure de ces annonces, et le monde d’après ressemble à celui d’avant… Le maire s’est ainsi illustré dans sa volonté d’associer les oppositions de droite et du centre à un comité de réflexion, tout en rejetant le Rassemblement national qui, au reste, n’a rien sollicité, et compte bien agir dans la vie publique nazairienne en dehors de l’Hôtel de ville.

Quant aux élus EELV-PCF issus de la liste Ensemble, ils ont entamé une opposition de façade, bien logique pour ceux qui, pendant cinq ans et demi, ont tout validé de la stratégie du maire sortant. Ainsi, l’opposition n’a pas remis en cause le nombre d’adjoints au maire (qui monte désormais à dix-huit), nombre élevé dont, il est vrai, elle bénéficiait encore il y a quelques mois. Par ailleurs, elle ne s’est que mollement prononcée sur l’évolution des indemnités des élus (- 3 % pour l’opposition, mais + 9 % pour les adjoints !), préférant une confortable abstention à un vote défavorable.

Réélection du maire de Saint-Nazaire

Communiqué de presse de Gauthier Bouchet, conseiller municipal de Saint-Nazaire


Télécharger le communiqué (PDF — 241 Ko)

Nous prenons acte de la réélection du maire de Saint-Nazaire, David Samzun. Dans un contexte national d’une abstention historique, largement due à la pandémie de coronavirus, et encore aggravée en ce second tour des élections municipales, Saint-Nazaire ne fait pas exception. Aussi, devons-nous considérer ce résultat comme subjectif, et la validité de de scrutin comme relative : au fond, monsieur Samzun ne récolte que 18 % des suffrages des électeurs inscrits, et perd 5 000 voix en cinq ans.

Nous observons aussi que la majorité de du maire sera fragile. Cela n’exclut pas la potentialité d’une élection partielle en cours de mandat, pour peu que quelques élus se dissocient de la future majorité et se coalisent avec la future opposition. Or, nous avons observé une telle division progressive de la majorité au cours du municipe actuel, particulièrement ces deux dernières années.

Par ailleurs, nous laissons soin aux électeurs de donner une alternative réelle aux gauches dès 2021, en choisissant la voie que nous proposerons avec nos candidats aux prochaines élections départementales. Le RN sera naturellement présent dans les différents cantons de l’agglomération nazairienne et de l’Estuaire, et continuera à participer à la vie publique de Saint-Nazaire, comme il le fait depuis maintenant dix ans.

► SUR CE MÊME THÈME

Gilles Denigot, l’écologie de salon

Communiqué


Télécharger le communiqué (PDF — 219 Ko)

La campagne municipale touche à sa fin à Saint-Nazaire. Elle monte en intensité, tandis que le niveau baisse. Chacun des prétendants, le maire sortant et la première adjointe, en sont maintenant réduits à faire dans le « gros vert qui tâche » pour capter le vote écologiste.

Cette « montée en gamme » a pu être éprouvée mercredi matin par les Nazairiens, durant la déambulation de Julien Bayou — secrétaire national des Verts — en soutien à la candidate écologiste. La précédait, mardi soir, le soutien public de Gilles Denigot au maire, appui moins surprenant qu’il n’y paraît, pour qui sait observer. Il faut en effet rappeler que monsieur Denigot avait participé à la campagne du maire dès avant le premier tour, distribuant ainsi ses tracts aux Halles, début mars.

Toujours est-il que sans être très surprenant, ce soutien de Gilles Denigot au maire témoigne de la longue inflexion d’une vie. Monsieur Denigot a commencé son parcours comme docker et syndicaliste indépendant, puis a donné aux Verts un siège inespéré au conseil général. Son mandat expiré, il a remercié ses anciens électeurs par un soutien à Emmanuel Macron en 2017, et les remercie maintenant de nouveau en soutenant son candidat local…

Voici comme l’on passe du syndicalisme ouvrier à une écologie de salon. Cela est bien désolant…

Le RN ne donnera « aucune voix à Samzun »

Article de Saint-Nazaire News du 22 juin 2020


Gauthier Bouchet (7,04 % au premier tour) avoue se poser la question d’un choix impossible dans ce duel entre gauches, mais refuse de donner la moindre voix à David Samzun.

« A ces électeurs interrogatifs et, parfois, inquiets de l’avenir de leur commune, nous disons qu’à tout le moins, aucune autre voix ne doit se porter sur le maire sortant, auquel nous avons manifesté depuis sept ans une opposition ferme et argumentée, quand beaucoup d’autres, au centre, à droite et même parmi cette gauche qui désormais le combat, s’opposaient par de prudentes abstentions… ou votaient ses délibérations, notamment budgétaires. Face à ce choix impossible entre deux gauches, des solutions de repli existent, dont une abstention de principe ou bien le vote nul. » déclare-t-il.

ÉDITORIAL — Municipale à Saint-Nazaire


Le second tour des élections municipales est prévu pour le 28 juin prochain. À Saint-Nazaire, le maire sortant est candidat à sa réélection, contre une de ses adjointes. C’est donc un duel entre gauches qui va se jouer.

Beaucoup d’électeurs ne se sont pas déplacés au premier tour, en mars dernier, compte tenu de la pandémie du coronavirus. Ainsi, le Rassemblement national, première liste d’opposition à l’issue du premier tour, ne peut se maintenir au second, à moins de cinq cents voix près. Pour les électeurs nazairiens du RN, se pose donc la question d’un choix impossible, en vue du second tour.

À ces électeurs interrogatifs et, parfois, inquiets de l’avenir de leur commune, nous disons qu’à tout le moins, aucune autre voix ne doit se porter sur le maire sortant, auquel nous avons manifesté depuis sept ans une opposition ferme et argumentée, quand beaucoup d’autres, au centre, à droite et même parmi cette gauche qui désormais le combat, s’opposaient par de prudentes abstentions… ou votaient ses délibérations, notamment budgétaires. Face à ce choix impossible entre deux gauches, des solutions de repli existent, dont une abstention de principe ou bien le vote nul. Le RN, loin de déserter la vie publique locale, trouvera de nouvelles modalités d’action et d’expressions, et les Nazairiens auront bientôt leur mot à dire : dès 2021, ils pourront marquer leur rejet de la gauche et leur volonté d’une alternative politique, en élisant les candidats que nous présenterons dans tous les cantons de l’agglomération nazairienne — et de la Loire-Atlantique — aux élections départementales.

Le RN soutient la candidature de Pelon

Communiqué


Télécharger le communiqué (PDF — 246 Ko)

À Trignac, près de Saint-Nazaire, le premier tour de l’élection municipale a mis en évidence un changement de paysage politique : le maire sortant, socialiste, n’a pas fait l’alliance avec les communistes, tandis que le candidat que nous soutenions, David Pelon, ancien maire, a rassemblé plus de 24 % des suffrages exprimés avec sa liste Trignac en action, arrivant deuxième. La situation est d’autant plus intéressante que, au second tour, le jeu est ouvert, car les quatre listes en présence se maintiennent, sans fusion.

Il y a donc une possibilité réelle que monsieur Pelon gagne de nouveau la Mairie dont il a honteusement été chassé il y a trois ans, à la suite d’une élection partielle provoquée avec le soutien du maire de Saint-Nazaire, au prétexte qu’il est un homme de droite et qu’il avait accueilli des élus du Front national dans sa majorité. Habitants de Trignac, que vous soyez ou non électeurs du Rassemblement national, le 28 juin, pas une voix ne doit manquer pour reconduire David Pelon dans son mandat, et ainsi poursuivre son bon bilan passé : pas d’augmentation d’impôts, une offre de vidéoprotection et des réalisations en termes de crèche et d’habitat social, notamment.

La gauche socialiste et communiste gère Trignac depuis près de cent dix ans ! Ne lui donnons pas six années de plus. Agissons en responsabilité, sans souci des étiquettes, pour remettre Trignac en action.

Crise du coronavirus : les manques du maire

Tribune pour Saint-Nazaire magazine, juin 2020


La pandémie de coronavirus qui affecte notre pays a mis au jour la faillite d’un système qui avait jusque-là considéré le principe de précaution comme facultatif. Après deux mois de confinement, Saint-Nazaire a souffert, comme toutes les villes de France. Elle a d’autant plus souffert que le maire sortant, candidat à sa réélection, a parfois agi approximativement, de son refus d’un couvre-feu nocturne malgré les troubles dans certains quartiers à sa commande de masques de protection fabriqués au Pakistan et au Vietnam, en passant par sa décision précoce de réouvrir les écoles, dès le mois de mai.

Ces manques devront être jugés en conscience lors du second tour de l’élection municipale. Les Nazairiens méritent la protection, et non l’approximation.

Les Chantiers bâtiront le prochain porte-avion

Communiqué


Télécharger le communiqué (PDF — 236 Ko)

En déplacement ce matin aux Chantiers de l’Atlantique, à Saint-Nazaire, la ministre des Armées, Florence Parly, vient d’annoncer que le nouveau porte-avion français appelé à remplacer le Charles de Gaulle serait construit sur place. Les premiers essais devraient être envisagés à horizon 2036. Il s’agit donc, comme souvent en termes de naval de défense, d’une démarche de long-terme, s’accompagnant par ailleurs de la construction de quatre nouveaux bâtiments ravitailleurs de forces (BRC).

Le Rassemblement national (RN) de la Loire-Atlantique se félicite naturellement que les chantiers navals de Saint-Nazaire soient sollicités pour la construction de ce futur porte-avion. C’est un honneur pour les ouvriers industriels de la région nazairienne, reconnus de tous pour leur talent technicien. Nous ne doutions d’ailleurs pas que nos chantiers navals, les plus importants d’Europe, aient la capacité de construire un tel bâtiment, ce que nous évoquions depuis plusieurs années.

Nous rappelons par ailleurs que Marine Le Pen, dans la 121e mesure de son projet présidentiel de 2017, appelait dès la première année de mandat à augmenter le Budget de la Défense à 2 % du produit intérieur brut, puis tendre vers 3 % à terme. Cette augmentation du budget de la Défense prévue dans notre projet devait notamment appuyer le financement et la construction d’ « un second porte-avions, baptisé « Richelieu«  ». Le RN juge la construction de ce nouveau porte-avion capitale pour « la permanence à la mer de notre groupe aéronaval ».

Les écoles nazairiennes doivent rester fermées

Communiqué


Télécharger le communiqué (PDF — 235 Ko)

Dans le cadre du déconfinement, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé ces jours dernier la possibilité d’une réouverture des écoles en France, à partir du 11 mai prochain, La réouverture des écoles, qui fait l’objet d’un avis négatif de nombreux professionnels de santé, notamment du Conseil national de l’Ordre des médecins, comme de ceux du Conseil scientifique COVID-19, serait pourtant susceptible de faire peser sur les enfants comme sur leurs familles des risques réels de contamination. Elle pose par ailleurs de nombreuses difficultés d’organisation, au sein d’établissements comme des transports scolaires, ou encore pour la dépose et la reprise des enfants, d’autant plus que le respect des règles de distanciation est par nature difficile à faire comprendre et respecter pour des enfants.

Saint-Nazaire n’est pas un îlot isolé au milieu d’un pays contaminé. Dans le cadre du principe de précaution, le Rassemblement national (RN) de Saint-Nazaire demande donc à ce que le maire décide que les écoles de la commune restent fermées jusqu’à la fin de l’année scolaire. Cette mesure serait la plus à même de préserver au mieux la santé de tous.

Nous savons par ailleurs combien le personnel de l’Éducation nationale demeure mobilisé depuis ces dernières semaines pour continuer l’enseignement à distance. Son implication quotidienne doit être tout particulièrement saluée. La mesure de fermeture des écoles nazairiennes doit être complétée d’un service d’accueil municipal au sein des écoles comme de la petite enfance, pour accueillir les enfants du personnel soignant et ceux des parents travaillant en dehors de leurs domiciles.