Départementales : le RN affrontera le PS

Communiqué


Gauthier Bouchet et Nicole Pétrel remercient leurs électeurs à l’issue du premier tour de l’élection départementale. Dans le second canton de Saint-Nazaire, ils obtiennent plus de 17 % des suffrages exprimés, et terminent en deuxième position, avec des pointes dans les communes de Montoir (20 %) et Donges (24 %). Par ailleurs, dans les quartiers Est de Saint-Nazaire — Prézégat, Herbins et Méan-Penhoët — les candidats du RN doublent leurs voix par rapport à l’élection municipale de l’an dernier (+ 200).

Qualifiés au second tour, Gauthier Bouchet et Nicole Pétrel affronteront le binôme du Parti socialiste. Depuis le départ du président du conseil départemental, élu dans le canton depuis plus de vingt ans, le PS fait désormais du sur-place. Ainsi, il perd huit points depuis l’élection départementale de 2015.

Le RN appelle bien sûr à la mobilisation de tous ses électeurs, et à rassembler davantage encore, sans se soucier des étiquettes. Il salue les résultats significatifs de David Pelon (ancien maire de Trignac) dont il rappelle qu’il l’a soutenu aux trois dernières élections municipales et le succès d’estime de Laurent Vallée, ancien adhérent du FN. Les électeurs de ces hommes de bonne volonté, attachés à l’intérêt général et au développement de Saint-Nazaire, l’Estuaire et la Brière, ont naturellement vocation à rejoindre la dynamique du RN en vue du second tour : qu’ils votent massivement pour le binôme Bouchet-Pétrel dimanche 27 juin.

Un militant du RN agressé ce matin

Communiqué


Benoît Glotin, militant du Rassemblement national, a été agressé ce matin aux Halles de Saint-Nazaire par cinq antifas, durant un tractage. Insulté puis frappé, il a subi une fracture de la cheville.

La lâcheté et la violence sont les signatures de l’extrême gauche… Nous le constatons de plus en plus à Saint-Nazaire où, depuis ces derniers mois, une gauche extrême, nourrie par les mouvements intersectionnels et se déplaçant de squat en squat — avec une relative tolérance de la Mairie ! — tente de faire vivre ses idées par le coup de poing plutôt que par le débat.

Nous condamnons avec la plus ferme résolution l’agression de ce matin, et souhaitons à notre camarade un prompt rétablissement.

Abandon du projet d’hôtel à l’usine élévatoire

Tribune


Le Rassemblement national (RN) de Saint-Nazaire se satisfait de la fin du projet d’hôtel de luxe dans l’ancienne usine élévatoire, située au Petit Maroc. La cause en serait l’abandon pur et simple par le groupe en étant l’initiateur. Le projet parallèle d’une brasserie au sein de l’usine, lui, demeure.

Il semble de toute manière évident que ces différents projets entraient en contradiction avec la récente inscription de l’usine aux Monuments historiques. Comment peut-on, d’un côté, vouloir défendre le patrimoine nazairien, et de l’autre, laisser un de ses sites emblématiques aux mains d’entreprises privées ? Cette contradiction pesait depuis plusieurs années sur les épaules du maire, d’où la protestation de plusieurs milliers de Nazairiens, matérialisée par une pétition en ligne en 2019 appelant au maintien du site, et que le RN avait signé.

Ces hésitations de la Mairie quant au devenir de l’usine, auquel s’ajoute le faible intérêt apparent du Département et de la Région sur ce sujet, doivent être l’occasion de tout remettre à plat. La place éminente de l’usine élévatoire dans la mémoire industrielle et ouvrière de Saint-Nazaire, autant que sa classification par l’État, légitime de maintenir le site. Dans cette démarche, le RN rappelle pour sa part qu’il propose d’incorporer un musée des industrie navale et aéronautique à une partie du bâtiment.