500px-MortFN

Appels à la violence contre nos élus

Communiqué


Nous constations ce matin qu’en face du domicile de Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal de Saint-Nazaire, conseiller régional des Pays de la Loire et membre du FN, un mur avait été peint d’un graffiti appelant à la violence : « Mort au FN ! ». Ce n’est en réalité par la première fois que notre formation politique est victime de dégradations, d’intimidations et d’appels à la violence à Saint-Nazaire. Ainsi, en 2014, notre bureau d’élus avait été tagué. Quelques mois plus tôt, nos affiches étaient systématiquement dégradées sur les panneaux officiels. Et entre temps, nous recevions régulièrement des lettres d’insultes à la Mairie, toujours du même individu.

Résolus à exercer le droit d’expression que nous ont souverainement confié les habitants de Saint-Nazaire, en désignant pour quatre mille d’entre eux notre liste par le suffrage universel, nous affirmons que les appels à la violence n’honorent pas ce qui les font, lesquels sont généralement anonymes (ce graffiti haineux vient encore de le prouver). C’est à nos mandants que nous avons à répondre, pas à la Justice de la rue. Et ceux qui veulent la mort du FN peuvent toujours démocratiquement participer à la prochaine élection municipale en 2020 ; notre mouvement y prendra part en bon ordre, rallié par bien plus de monde que ne le croient certainement nos agresseurs.

Par ailleurs, la simultanéité de cette attaque contre un élu du Front national, et celle, le même jour, contre la permanence parlementaire d’Audrey Dufeu-Schubert, membre de la République en Marche, en dit beaucoup sur l’état des forces politiques à Saint-Nazaire. Bien que diamétralement opposés, si le FN et LREM sont attaqués, c’est qu’ils sont craints, et que nos adversaires ont conscience que nous sommes les deux seul vrais partis restants à Saint-Nazaire, les deux seuls qui demain, peuvent gagner la Mairie : LREM pour se l’accaparer, le FN pour la rendre au peuple.

Attention aux appels à la violence, qui sont souvent suivis d’un retour de manivelle électoral. Gare à ceux qui menacent des coups !

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *