500px-Dissolution

Il fallait dissoudre l’Assemblée !

Communiqué


Comme tous les Français, nous prenions acte avant-hier de la « démission » du gouvernement Valls. Nous mettons « démission » entre guillemets, car il faut bien avouer que le changement, qui est promis pour maintenant depuis des années, se fait attendre.

Le peuple ne demande ni Valls, ni Valls de nouveau. Tous les Français de bon sens veulent la dissolution de l’Assemblée nationale et l’organisation d’élections législatives anticipées, pour que ce pays soit enfin gouverné dans le sens de l’intérêt général et non pas aux dépens des intérêts du clan Valls contre le clan Montebourg, et inversement. C’est d’ailleurs la vision de Marine Le Pen depuis le succès du Front national aux élections européennes : en recourir toujours, et plus que jamais, au peuple souverain.

Il n’est pas possible de sortir la France de l’ornière en acceptant qu’elle soit toujours gouvernée par les mêmes. Il est évident que Valls le Deuxième et son équipe seront aussi nocifs pour la France que le fut Valls le Premier et ses précédents ministres, malgré des changements à la fois cosmétiques et, pour certains, inquiétants.

Avoir désigné à l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, promotrice de la théorie du genre, est déjà tristement révélateur. Mais surtout, le choix, au ministère de l’Industrie, d’Emmanuel Macron, est calamiteux. Nous le critiquons à plusieurs titres, et les Nazairiens ne sauraient y rester indifférents. Voilà un homme qui, s’il ne change pas de comportement, ne fera ni la grandeur de l’industrie nationale, ni le bonheur des ouvriers qui la portent chaque jour un peu plus à bout de bras. Ultra-libéral se déclarant « favorable au libre jeu du marché » et partisan des coupes dans la fonction publique, austéritaire de la commission Attali et de l’adhésion française au TSCG, banquier d’affaires devenu millionnaire après avoir négocié le coup de l’année avec Nestlé, c’est tout cela, Macron.

On cherche désespérément, en lui comme parmi les autres, le désintéressement, le sens de l’intérêt général et national, le patriotisme, le goût de servir la puissance publique sans rien attendre d’elle. On ne les trouve pas et c’est normal, car ce nouveau gouvernement n’innove en rien !

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *