500px-JAE

La liberté d’expression à Saint-Nazaire

Communiqué de presse du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Saint-Nazaire


La section nazairienne du Rassemblement Bleu Marine (RBM) prend acte du courrier du 31 août de la Ville de Saint-Nazaire. Dans cette lettre, elle demande la somme de 436 euros au RBM de Saint-Nazaire, à la suite de ses collages d’autocollants contre la venue de JoeyStarr aux Escales, en août dernier.

Nous ne sommes jamais déçus de la promptitude avec laquelle la municipalité d’union de la gauche de monsieur Samzun combat la liberté d’expression à Saint-Nazaire, lorsqu’il s’agit des idées patriotes.

Ces derniers mois, la Ville de Saint-Nazaire a-t-elle adressé des courriers similaires au Parti communiste, au Nouveau parti anticapitaliste, à la Confédération générale du travail, à la Confédération nationale du logement, à Alternatiba, aux régionalistes bretons, aux zadistes ou aux opposants qui se dressent contre sa politique de vidéo-protection ? Jamais !

Pourtant, ces différentes organisations sont toutes présentes en ville. On dénombre ainsi des centaines d’autocollants — nous tenons les photos à disposition — et même des journaux, collés le plus souvent sur des lampadaires, mais aussi, ce qui est plus condamnable, sur des panneaux de signalisation, des vitres de commerces, des boîtes aux lettres… Pourtant, leurs auteurs ne sont jamais inquiétés.

Au fond, la seule cible de la censure et du racket de la Mairie, c’est le FN-RBM.

Ce faisant, la gauche confirme ses difficultés à appréhender la liberté d’expression dès qu’il s’agit du FN. Ce mouvement bénéficie en effet d’un véritable « régime spécial » à Saint-Nazaire, dont nous percevions les premières manifestations avec le laisser-faire de la Mairie après la dégradation continue de nos affiches électorales, depuis l’an dernier.

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *