500px-Classe

Des enfants nazairiens livrés à eux-mêmes ?

Communiqué de presse du Front national (FN) de Saint-Nazaire

Le Front national (FN) de Saint-Nazaire souhaite revenir sur un fait récent, conséquence des mouvements sociaux autour de la loi Travail el-Khomri qui animent la France depuis février. En ce moment, Saint-Nazaire, comme de nombreuses communes, connaît des journées de grève, qui touchent nos services publics, et notamment nos écoles. En conséquence, du fait de grèves répétées, les enfants de notre ville se trouvent parfois purement et simplement livrés à eux-mêmes, en l’attente de leurs parents… des parents qui naturellement, travaillent, et ne peuvent pas toujours venir les chercher avec facilité.

Bien sûr, nous réaffirmons notre attachement indéfectible au droit de grève, conquête historique de notre république, que nous ne contestons pas. Par ailleurs, nous comprenons bien que la loi Travail puisse susciter une telle opposition, que nous partageons pour l’essentiel, sans forcément partager les méthodes d’action des manifestants et des syndicats. En revanche il nous semble qu’en réponse à cette grève, un service minimum est à organiser, s’agissant par ailleurs d’une obligation légale.

Ainsi, nous comprenons mal le refus par la Ville de mettre en place ce service minimum, qui nous paraît procéder d’une vision idéologique et politique, d’une position personnelle — celle du maire de Saint-Nazaire, sans doute soucieux de préserver son image vis-à-vis du personnel de l’Éducation nationale — et non pas du bien commun.

Nous vous invitons en conséquence David Samzun, maire de Saint-Nazaire et président de la Communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’Estuaire (CARENE), à clarifier sa position. Quelle est la raison de ce refus d’un service minimum ?

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *