500px-samzun

David Samzun casse le dialogue social

Communiqué de presse du Front national (FN) de Saint-Nazaire

La séance du conseil municipal qui s’est tenue vendredi dernier à Saint-Nazaire a, une fois encore, donné l’illustration du mépris que porte le maire, David Samzun, à l’égard de ses collègues élus comme de ses administrés. Monsieur Samzun comptait beaucoup sur la vidéodiffusion en direct sur Internet de ce conseil, une première. Il voulait à ce titre, comme il l’avait annoncé en juillet dans la presse, en faire un instrument pour « démasquer » le discours et l’attitude des élus du Front national. Mais le maire n’a récolté au final que la diffusion en direct… du plus violent conflit social qu’il ait connu depuis élection, il y a deux ans.

Ainsi, par la présence inopinée d’une centaine de manifestants, éclate au grand jour la méthode Samzun : morgue, censure et brutalité, consacrée ce vendredi par le refus de donner la parole aux représentants syndicaux, et deux suspensions de séances consécutives, retardant les débats de plus d’une heure.

Le calme plus ou moins revenu, le maire, lui ne s’est pas calmé, suscitant la solidarité des représentants syndicaux avec ceux du Front national, qui applaudirent nos élus à deux reprises alors que nous contestions le report en fin de séance des questions préalables, jugeant cette mesure totalement anti-démocratique. Il n’en fallait pas moins pour qu’un élu du Parti communiste ne bondisse sur la foule des manifestants, traitant les syndicalistes de « minables »… D’autre part, quelques minutes plus tard, nos élus faisaient savoir combien ils comprenaient le mouvement social en cours, voyant en ses acteurs « les énergies les plus saines du Saint-Nazaire de demain », sans forcément reprendre l’intégralité de leurs revendications.

Naturellement, ces faits sont incompréhensibles pour la gauche nazairienne, qui dirige cette ville sans pourtant la comprendre, et ne voit dans le FN qu’une caricature, au bout du bout de la droite. Pourtant, ces dernières années, nos élus et militants ont pris position dans un certain nombre de mouvements syndicaux et sociaux, y compris des manifestations.

Quant à la situation des fonctionnaires de la Mairie, nous donnions déjà l’alerte en décembre 2015, dans un précédent communiqué relatif à la souffrance au travail. Nous mettions alors en évidence « la brutalité dans la méthode de management », dont David Samzun et Lydie Mahé, son adjointe au dialogue social (on croit rire !), sont directement responsables.

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *